8 siècles d'histoire autour de l'ocre

La France n'abrite pas moins de 5 grandes zones ocrières : la Dordogne, les Pyrénées, la Bourgogne, l'Auxerrois et le Roussillon. L'ocre est une roche ferrique composée d'argile pure qui est la kaolinite, colorée par de l'oxyde de fer (qui donne une couleur différente selon son degré d'oxydation) . Par exemple, l'hématite est à l'origine de la couleur rouge de l'ocre, que l'on retrouve en Roussillon et même à Saint-Georges-sur-la-Prée... Et cette découverte de l'ocre en France est très ancienne ! Cela se passe durant la période préhistorique, ces zones sont ainsi liées aux affleurements crétacés et jurassiques.




Les zones ocrières dans le centre de la France

Dans le centre de la France, les fresques de style roman (XIème - XIIIème siècles) sont nombreuses. L'utilisation de l'ocre dans ces fresques est constante, et l'on trouve toujours un site d'extraction dans l'environnement immédiat de l'édifice abritant ces fresques... Un édifice roman se reconnaît de part ses voûtes en berceau, qui lui donne sa forme arrondie.

Abbaye Saint-Germain et Église Saint-Aignan

Dans la réserve naturelle de Puisaye dans le Pays Auxerrois, de l'ocre orne les fresques de l'abbaye... Mais également plus près, à l'église Saint-Aignan de Brinay située à seulement 20 kilomètres de Saint-Georges-sur-la-Prée.



L'ocre de Saint-Georges : quelques repères

Un acte, daté du 2 octobre 1571, nous renseigne sur l'époque à partir de laquelle l'ocre de Saint-Georges a fait l'objet d'un monopole seigneurial et d'une commercialisation intensive. Le lieu-dit "Ocreries" est d'ailleurs cité dans un texte de 1429. 


Les historiens des XVIIème, XVIIIème et XIXème siècles s'accordent à dire que "de tout temps et d'ancienneté", l'ocre fut exploitée à Saint-Georges sur la Prée. On peut avancer que les fresques de Brinay peintes au XIIème siècle furent réalisées avec cet ocre, connu aussi sous l'appellation d'ocre du Berry. 

 

De plus, jusqu'au XVIIème siècle ainsi qu'une bonne partie du XVIIIème siècle, lorsqu'en France on parlait de l'ocre, il ne pouvait s'agir que celle de Saint-Georges sur la Prée !


Il faut savoir que les terres de Saint-Georges-sur-la-Prée sont encore remplies de trésors... Notamment à l'ancienne carrière d'ocre, reconvertie en forêt désormais.

 

Envie de savoir comment était la vie du village de Saint-Georges-sur-la-Prée au temps des derniers ocriers ? C'est par-là  :